Le réseau Information jeunesse vous accueille près de chez vous
Votre email





 selectionner
Lire aussi | Détail article
Le backcountry
Le backcountry
Nouvelle venue au pays de la glisse, cette pratique permet des balades hors pistes en moyenne montagne.
206
Recherchez une annonce  
Pour consulter les annonces,
cliquez sur un onglet rouge.
 
Le backcountry n’est ni tout à fait du ski alpin, ni tout à fait du ski de fond, mais un peu des deux. Et aussi un peu de la raquette, dont il reprend l’esprit. « L’esprit ballade et découverte, tout en gardant l’aspect glisse » précise Stéphane Sanchez, l’un des rares moniteurs à proposer des sorties randonnée nordique dans la région. La randonnée nordique ou l’autre nom du backcountry. « Ce vocable a été adopté parce qu’il percute, dans l’idée qu’il pouvait parler aux jeunes et se détacher du ski de fond à l’image soit vieillotte, soit liée à la compétition. En réalité, la pratique existe depuis très longtemps. Le backcountry, c’est ce qu’on faisait il y a quelques décennies sur les skis en bois que l’on voit sur les représentations d’époque, jusqu’à ce que l’on invente les cours de ski. Dans son aspect moderne, il date d’il y a une quinzaine d’année. Mais cela fait 4 ou 5 ans que le matériel a beaucoup évolué». Les skis utilisés sont aussi large que ceux de la descente, avec des carres métalliques et des écailles dessous. Le talon est décollé, comme en ski de fond, mais reste accroché au ski par un câble. Pour la neige glacée ou profonde, on ajoute des peaux de phoque. Ce qui donne à l’équipement l’atout de la polyvalence : « c'est le moyen simple et efficace de parcourir tous types de pentes » est-il écrit sur le site de Stéphane Sanchez, www.evasionsnordiques.com. « Il n’est pas aussi efficace qu'un ski alpin sur des terrains descendants, ni aussi performant qu'un ski de fond au plat ou en montée. Mais force est de constater qu'en ski alpin, les portions plates ou montantes se transforment vite en belle galère, et que la descente en ski de fond est une affaire d'équilibristes aguerris. Le ski de backcountry concilie les intérêts des deux ».
Pour l’instant, ce type de matériel n’est pas évident à trouver en location. Stéphane Sanchez est encore l’un des seuls à proposer des prestations avec prêt de skis adaptés. Pourtant l’expérience rencontre un certain succès. « J’ai 30 à 40 clients par semaine dont 80 % n’ont jamais chaussé de skis de fond. Et ça plaît énormément, beaucoup veulent refaire des ballades ».
Premier avantage, selon lui, un apprentissage facile. « C’est plus facile que le ski de fond traditionnel. Il y a des personnes qui veulent faire du ski de fond juste pour le plaisir de la promenade. Mais lorsqu’ils prennent des cours, ils sont face à des aspects très techniques, pas facile d’accès au premier abord et pas forcément en phase avec ce qu’ils attendent ». Pour profiter pleinement du backcountry, il faut quand même être capable de descendre une piste bleue en alpin et d’ouvrir un chasse-neige sur une piste damée en fond. « Mais on adapte les parcours au niveau des gens. En descente, on prend par exemple des lignes de pente différentes selon l’expérience ».
Seconde qualité, la possibilité de s’éloigner des circuits courants. « Un bon skieur pourra aller là où vont les raquettes. C’est une pratique de liberté, d’évasion, de nature qui correspond à un retour aux sources dans l’air du temps. C’est un support pour découvrir le patrimoine et l’environnement, aller sur les plus hautes crêtes, voir des paysages magnifiques. L’ambiance est vraiment différente des pistes damées, qui sont une forme d’autoroute ».
Cela fait du backcountry l’équivalent pour la moyenne montagne du ski de randonnée alpin pour les terrains à pente forte, sans la manipulation pour passer d’une position «montée» à une position «descente». Il se pratique forcément sur des terrains moins accidentés et suit des parcours comportant une alternance de plats, de montées et de descentes, alors que la randonnée alpine a pour principe de monter jusqu’à un but élevé pour redescendre. Idéal pour la montagne du Jura.

Stéphane Paris

Renseignements et inscriptions : Office de Tourisme des Fourgs 03 81 69 44 91
Contact Evasions Nordiques : 06 99 03 42 78, www.evasionsnordiques.com



  VOIR LES COMMENTAIRES [0] 
  LAISSER UN COMMENTAIRE
ACCUEIL QUI SOMMES-NOUS ? INFOS LÉGALES CONTACT VERSION MOBILE  
site internet réalisé par Amenothès Conception