Le réseau Information jeunesse vous accueille près de chez vous
Votre email





 selectionner
Lire aussi | Détail article
Visages d'industrie
Visages d'industrie
"Je voulais voir du concret"
206
Recherchez une annonce  
Pour consulter les annonces,
cliquez sur un onglet rouge.
 

Pour Harda Brahimi, le passage du monde des études à celui du travail s’est réalisé naturellement et facilement. Cette jeune marocaine a soutenu sa thèse à Toulouse (laboratoire LAAS-CNRS) en octobre 2010. Sa spécialité, l’électronique des télécommunications. Elle a été embauchée à l’entreprise bisontine Photline en juin dernier. Entretemps, elle était enseignante à l’université Paul Sabatier, à Toulouse. « Je connaissais Photline car j’ai souvent participé à des conférences internationales et j’ai étudié un de leurs modulateurs pour ma thèse. Je voulais m’orienter vers l’industrie plus que vers l’enseignement car ce qui m’intéresse c’est de voir le concret, les applications réelles. Au moment où je cherchais à m’y orienter, j’ai vu que Photline cherchait exactement quelqu’un de mon profil ». Elle fait partie des 6 personnes recrutées l’an dernier par l’entreprise. Un nombre élevé si l’on considère que l’entreprise compte 32 salariés et a vu le jour en 2000.
Pholtine, c’est du très haut de gamme, sur un marché pointu (10 concurrents dans le monde) : elle fabrique des modulateurs au niobate de lithium qui servent aux transmissions sur fibre optique pour des télécommunications à très haut débit. Issue de l’Université de Franche-Comté et de l’Institut de recherche Femto-ST, Photline a fait 4,1 millions de chiffres d’affaires en 2011. « 40 % de croissance par rapport à 2010 qui était déjà une très bonne année » annonce Pascal Mollier, l’un des cofondateurs de l’entreprise avec Henri Porte et Jérôme Hauden. « Nous sommes sur un marché de niche où notre ticket d’entrée est un savoir-faire très important et très spécifique. Quand on recrute quelqu’un, il y a un temps de formation relativement long ». Les niveaux de recrutement sont très variés, de bac pro à ingénieur. « Sur certains niveaux, on a parfois du mal à recruter commente Pascal Mollier. Pas pour les ingénieurs mais plutôt à bac+2 où l’on prend des gens de BTS optique ou microtechniques ». Avis aux amateurs : il existe des beaux postes dans l’industrie, sur des secteurs très avancés et pas forcément accessibles avec des études longues.
 

free fifa coins free fifa 18 coins free fifa 17 coins FIFA COINS HACK HOW TO GET FREE FIFA COINS HOW TO GET FIFA COINS free fifa 17 coins free fifa 18 hack fifa 18 HACK How to hack fifa

free fifa 18 coins free fifa coins free fifa 18 coins free fifa 17 coins FIFA COINS HACK HOW TO GET FREE FIFA COINS HOW TO GET FIFA COINS free fifa 17 coins free fifa 18 hack fifa 18 HACK How to hack fifa

  VOIR LES COMMENTAIRES [0] 
  LAISSER UN COMMENTAIRE
ACCUEIL QUI SOMMES-NOUS ? INFOS LÉGALES CONTACT VERSION MOBILE  
site internet réalisé par Amenothès Conception