Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Votre email





 selectionner
Lire aussi | Détail article
Aide-soignant
Aide-soignant
Aux petits soins

Publié par : TOPO Franche-Comté
341
Recherchez une annonce  
Pour consulter les annonces,
cliquez sur un onglet rouge.
 

Que faire sans le bac ? Pourquoi pas aide-soignant ? Si l’on aime le secteur sanitaire et social, c’est une voie où il y a actuellement du travail. Lieux d’exercice : hôpitaux et cliniques bien sûr. Mais aussi les Ehpad ou établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes - soit les maisons de retraite ou résidences médicalisées. Celui du Larmont a ouvert en juin 2010. Un bâtiment flambant neuf sur un terrain de 22 000 m² à Doubs, qui peut accueillir 252 résidents. Pour les entourer, l’équipe d’aides-soignants représente 70 équivalents temps-plein. «Nous sommes là pour répondre à leurs besoins quotidiens résume Alexandre Waramutse. Il faut leur permettre de préserver leur autonomie en termes d’hygiène, d’alimentation, de mobilité. Il faut être attentif, à l’écoute, savoir détecter un besoin et y répondre». L’aide-soignant accompagne les personnes dans la réalisations des activités de la vie quotidienne. Du point de vue médical, il participe à certains soins, en collaboration et sous la responsabilité d’un infirmier. Certains aides-soignants exercent au sein de services de soins infirmiers à domicile pour personnes âgées (là encore, il faut être rattaché à une infirmière).

Laurence Callier a voulu être infirmière en passant par la case aide-soignante, «puisqu’au bout de 3 ans, d’exercice on a la possibilité de passer le concours pour être infirmière, même sans le bac». Depuis, elle s’est ravisée, séduite par sa profession et un exercice quotidien qui instaure une réelle relation avec les résidents. «On fait de l’accompagnement, du médical, mais aussi de l’animation souligne-t-elle. Il y a une remise en question permanente. La prise en charge demande une adaptation nouvelle chaque jour. Et une disponibilité permanente quels que soient nos problèmes personnels». 

Rayon inconvénients ? Principalement l’emploi du temps. «On travaille certains week-ends et on peut parfois être appelé en cas de besoin, même s’il n’y a pas d’astreinte. Certaines équipes travaillent de nuit». «On vit aussi des choses qui renvoient à notre propre histoire ou à notre propre famille ajoute-t-elle. Il y a forcément des comparaisons entre sa vie personnelle et le travail. Mais cela peut être positif, nous aide à mieux comprendre les gens».

Pour exercer, il faut passer un diplôme d’Etat après une formation en un an dans une école agréée. Le marché du travail est actuellement plutôt porteur. «Ici, autour de Pontarlier, il y a beaucoup de possibilités, d’autant que la Suisse offre également des débouchés, sans compter que de nombreux départs en retraite se profilent indique Stéphane Grandjacquet. Et l’évolution de carrière est possible J’ai commencé aide-soignant et aujourd’hui je suis dans l’encadrement avec un poste de faisant fonction de cadre de santé». Outre la possibilité de devenir infirmière, des passerelles permettent d’aller facilement vers des métiers proches comme auxiliaire de vie sociale ou aide médico-psychologique.

Stéphane Paris

Qualités requises
- sens du contact
- écoute, patience, empathie
- savoir apprécier un état de santé, une situation d’urgence
- capacité à travailler en équipe

Salaires
Dans la fonction publique hospitalière, la carrière se déroule sur trois grades : aides-soignants de classe normale, de classe supérieure et de classe exceptionnelle. Rémunération nette en début de carrière : 1358 euros. En fin de carrière, elle s’échelonne de 1660 à 1860 euros selon le grade.

Formation
Le diplôme d'Etat d'aide-soignant se prépare en un an dans un centre de formation après avoir réussi le concours d'entrée. Les centres de formation de la région :
- Institut de formation aux soins infirmiers de Besançon, 44 chemin du Sanatorium (03 81 41 50 11)
- Ifsi du centre hospitalier de Belfort-Montbéliard, 11 rue Jean Rostand, 90000 Belfort (03 84 98 55 00)
- Ifsi du centre hospitalier de Belfort-Montbéliard, 2 rue du Docteur Flamand, 25200 Montbéliard (03 81 98 81 59)
- Ifsi du centre hospitalier de Pontarlier, 2 fbg Saint Etienne (03 81 38 53 29)
- Ifsi Jura-nord, 5 rue du Docteur Normand - Parc de Scey, 39100 DOLE (03 84 79 41 40)
- Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale de la Croix-Rouge, 155 Chemin de Chaudon, 39000 Lons le Saunier (03 84 47 28 87)
- Institut de formation d'aides-soignants, centre hospitalier, BP110, 39300 Champagnole (03 84 53 06 19)
- Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale de la Croix-Rouge, 12 rue Miroudot St Ferjeux, 70000 Vesoul (03 84 75 80 44)

  VOIR LES COMMENTAIRES [0] 
  LAISSER UN COMMENTAIRE
ACCUEIL QUI SOMMES-NOUS ? INFOS LÉGALES CONTACT VERSION MOBILE  
site internet réalisé par Amenothès Conception